Le 2 janvier 2015,

Une saison bien mal commencée. Une série de ratages sur de rares bécasses, des choix de parcelles à Poncalleck non judicieux jusqu’à ce premier jour de l’année, où, comme chaque saison, au premier de l’an, j’ai décidé de sortir les chiens, et….le chasseur, façon de se remettre des libations des fêtes, et où, par extraordinaire, ma fille Emmanuelle a daigné levé le nez de son écran d’ordinateur, enfiler une paire de bottes (dont l’une était percée), et m’accompagner à Questembert.

Ce fut une belle matinée dans cette petite chasse que nous allons perdre, victimes du jeu des règles successorales, le propriétaire étant décédé au commencement de cette nouvelle saison.

Une bécasse blessée que nous n’avons pu retrouver, et à 150 mètres, un deuxième oiseau que j’ai mieux tiré. C’était la joie ; d’abord de marcher avec sa fille dans les halliers, et sous les conifères, en évitant les trous d’eau (pour cause de botte…), et, de retrouver quelques sensations de tir.

Et les chiens ? Que deviennent Cheyenne et Monsieur Inouk ? Et bien Cheyenne est toujours aussi vaillante, avec une course moins rapide mais ponctuée d’arrêts souvent gagnants. Quant à Inouk, ça va très vite mais ça ne dure pas, le monsieur ayant besoin de reprendre des forces.

J’ai donc fait la photo, un selfie, afin d’immortaliser ce rare moment, ma fille, le chien, et la bécasse, la véritable vedette de cette escapade dans les bois.